Il y a cent ans dans le diocèse d’Avignon - Mai 1918

23 juillet 2018

Et pour commencer, il y a 150 ans, en mai 1868


La Revue des Bibliothèques paroissiales du diocèse d’Avignon, en sa livraison du 30 mai 1868, rend compte dans la chronique diocésaine, des premières communions et en particulier de la procession des premiers communiants de la paroisse de Saint-Didier. En effet, la procession «  à son retour, (…) a fait halte au milieu de la rue des Trois-Faucons, en face de l’ancienne église de Saint-Eutrope. Là, Monsieur le curé a procédé à la bénédiction solennelle d’une magnifique statue de Marie-Immaculée, due à l’habile ciseau de M. Charles Bezert, sculpteur de notre ville, et placée par les soins de M. et de Mme Duplantier sur la façade septentrionale de leur maison d’habitation… A la tombée de la nuit, la niche vraiment monumentale qui renferme la statue, fut brillamment illuminée, et les cantiques sacrés ne cessèrent autour d’elle que bien avant dans la soirée »


Cette statue est placée au-dessus de l’entrée de l’ancienne chapelle de Saint-Eutrope, qui a donné à la congrégation des filles de Saint-Joseph leur nom populaire de Dames de Saint-Eutrope. Nous aurons sans doute l’occasion de revenir plus longuement sur cette modeste et originale fondation du diocèse d’Avignon au XVII° siècle. Quelques temps après leur fondation, elles s’établirent dans ce collège de Saint-Eutrope, et y demeurèrent jusqu’à la Révolution Française. En 1806 elles s’établirent non loin, rue des Fourbisseurs en 1806, sous la direction de Mère Claris – originaire de Bonnieux - qui avait eu à cœur de reconstituer très rapidement la communauté après les tristes et douloureux événements qu’avait connus la France.

Les Vertus morales et les vices du siècle


C’est sous ce titre que Monseigneur Latty vient de publier à part, la préface d’un recueil de ses instructions pastorales des 25 dernières années. Monseigneur Latty, né en 1844 à Cagnes, avait été nommé évêque de Châlons le 15 mai 1894, puis transféré comme archevêque d’Avignon le 15 octobre 1907.

Le Bulletin du diocèse d’Avignon, donne le texte d’une recension de cet ouvrage, parue le 3 mai 1918 dans le journal Action Française : « l’intérêt de cette préface est tout actuel. Mgr Latty y considère l’effort extraordinaire fourni par la France dans ces quatre années de guerre, les ressources prodigieuses que les événements ont fait voir qu’elle contenait : forces militaires, forces économiques ». Dans ces lignes, Monseigneur l’Archevêque, tirant les leçons du passé, de la guerre, des blessures, de l’actualité, envisage l’après-guerre, et la paix. « en patriote et en pasteur, rapporte l’auteur de l’article, Mgr Latty envisage la réparation nationale, qui ne doit consister que dans un juste emploi des forces constatées en France, et de poursuivre en citant l’archevêque, dans les tréfonds de son sol et le sang de ses veines ».
« Nous n’avons aucune rancune, affirme l’archevêque, contre ceux qui nous ont tant combattu et tant décriés ».